Trois chandelles éteintes

il est dur d’écrire une chanson
sans être Mistral
sans tourner dans l’air comme des hélicoptères de printemps
dans un restaurant trop grand, trop éclairé
dans le dernier matin en partant

le chant n’est encore que la pluie qui tombe
sur les puits de lumière noire du plafond
que le vent qui soulève les bâches dehors

et encore les silencieuses plaintes
les signes, les trois chandelles éteintes.

Impossible de commenter.