Le blagueur

Si j’étais écrivain, je m’amuserais à ce jeu :

Je créerais divers blogues, dont les auteurs seraient fictifs et variés : hommes, femmes, adolescents, droitistes, gauchistes, anarchistes, sadomasochistes, puristes, poètes, plombiers, humanitaires, etc. qui au Québec, qui au Canada-anglais, qui aux États-Unis, qui en France. Certains auraient des noms plausibles, d’autres auraient des pseudonymes. Moi seul connaîtrais le secret de ces faux personnages qui communiqueraient entre eux par blogues interposés, et qui communiqueraient avec de vrais internautes qui n’auraient pas la moindre idée qu’ils s’adresseraient à des personnages fictifs issus de la même personne. Je pourrais de cette manière développer, interactivement, une série de styles littéraires différents, du langage vulgaire au langage de haut niveau. Je ferais exprès pour insérer des fautes dans les textes des personnages moins éduqués. Certains auraient des opinions tranchées, caricaturales, d’autres seraient remplis de nuance et de bonté. Je créerais ainsi un monde vivant, dans mon esprit et dans la réalité d’autrui, par une sorte de multiplication des personnalités, me forçant à adopter une multitude de regards sur le monde. De quel personnage tomberais-je amoureux… Qui voudrais-je devenir…

L’exercice relèverait du génie, mais c’est l’esprit qui en souffrirait, risquant de s’enfermer dans une sorte de capsule paranoïde. Comment en effet, dans un tel monde, croire que les autres internautes ne seraient pas aussi les inventions d’une âme isolée…

Blogueurs, allez relire ces personnages qui ont commenté vos publications, voyez leurs interactions, peut-être que vous ne les considérerez plus de la même manière…

Impossible de commenter.