Les mille visages (sur la grande balance)

« Un billet de deux pesos, je crois que c’était un billet de deux pesos, portait l’inscription manuscrite suivante :

si te toca este billete, nunca te faltara la plata. escribelo 5 veces.

Il avait recopié la consigne sur cinq billets qu’il avait distribués à des êtres chers, quelques années plus tard.

Il avait trouvé ce billet après avoir fait un don substantiel à un vieillard sans-abri, une nuit, au carrefour de deux sinistres rues de Buenos Aires.

Des années auparavant, devant le portail d’une station de métro de Moscou, il avait offert son sandwich à peine entamé à un vieil itinérant qui demeurait debout en s’appuyant sur sa canne, immobile, et qui tendait sa main libre devant lui en tenant son regard au sol. En le remerciant chaudement, le mendiant l’avait béni en le signant d’une croix.

Depuis, il avait la certitude que des dieux se dissimulaient parmi les hommes, comme au temps des Grecs anciens. »

Qui donne aux pauvres prête à Dieu.

Impossible de commenter.