Un petit quelque chose

Deux mains sur la dactylo, coupées. L’épilepsie n’est plus qu’un souvenir de jeunesse, ou d’un autre. Le souvenir en quarante-troisième version. La peur à la folie a d’abord eu raison ; la logique l’a recousue avec ses cadenas. Il reste un peu d’amphibologie — clés pour s’amuser, Dieu merci. Il y a bien aussi des pantoufles de laine, pour lire et compter les moutons, mais manque aujourd’hui un peu de vide pour écrire, des insomnies. Il y a des chaussons de laine jaune, tricots de 89 ans, ils aident, paraît-il, à écrire le cœur plein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *