Les choses changent

Le temps passe. Le monde entier semble se dénaturer peu à peu. Le passé-fantôme me court après.

Parfois je me dis que les blessures que j’ai infligées sont devenues des failles sismiques qui reviennent me secouer. Parfois je me dis que je suis responsable du malheur qui s’accroît dans le monde. Mais ce serait me donner trop d’importance. Ce serait aussi croire que les blessures sont incapables de guérir. Une cicatrice n’est plus une plaie, c’est un souvenir.

On ne peut effacer les souvenirs. Peut-on effacer nos regrets ?

J’ai construit une maison de tungstène qu’un flirt en chanson a ébranlée. Une médiocre chanson pour guitare, laide comme une greffe capillaire.

Mon enfance est un refuge immuable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *